Capsulæ et 100.000 Vies, ensemble pour développer de nouvelles solutions contre le paludisme

23/10/2018

Capsulæ met à profit son savoir-faire en microencapsulation pour combattre l’un des pires fléaux en Afrique : le paludisme. 

 

 

Le paludisme est une maladie transmise à l’homme par des piqûres de moustiques femelles infectés. En 2016, 445.000 personnes sont mortes du paludisme. 91% des victimes sont en Afrique, généralement des enfants de moins de 5 ans. Face à ce fléau, les moustiquaires imprégnées sont de moins en moins efficaces depuis que les moustiques résistent aux insecticides et piquent plus tôt en soirée et à l’extérieur de l’habitat. « Des outils sont nécessaires lorsque les personnes doivent sortir des habitations protégées par les interventions de base. » rappelle l’OMS.

 

 

Au Burkina Faso, pays ouest-africain particulièrement touché par la maladie, un projet innovant a été lancé par le chimiste et ingénieur Gérard Niyondiko au sein de l’association « 100.000 Vies ».  Son idée est simple : pour protéger un maximum de personnes, il faut s’appuyer sur leurs habitudes d’hygiène et de soin. « 80% des enfants de moins de 5 ans au Burkina Faso sont en effet lavés au savon au moment où les moustiques transmettent le parasite du paludisme. » précise Gérard Niyondiko.

 

 
Faso Soap 3

 

Le projet phare, « Faso Soap », vise à concevoir un savon sain, abordable et capable de repousser les moustiques Anophèles au moins 3h après usage. Le grand défi technique du projet est d’assurer cette longue protection après le rinçage à l’eau. L’équipe s’est associée avec Capsulæ pour concevoir des microcapsules pour relever ce défi. « Nous avons été immédiatement séduits par l’ambition et l’utilité sociale du projet » souligne Arnaud Picot, directeur de Capsulæ. « D’un point de vue scientifique, c’est un produit compliqué à élaborer. Tout l’enjeu est d’intégrer dans le savon des microcapsules résistantes au procédé industriel de fabrication, mais également capables de coller à la peau pendant le lavage, résister au rinçage et libérer progressivement les substances répulsives qu’elles contiennent après la douche », poursuit Gisèle Ongmayeb, responsable R&D de l’entreprise.

 

 

Les différentes microcapsules conçues sont intégrées dans des savons industriels pour être ensuite testées sur des populations de moustiques au sein du Centre National de Recherche et de Formation sur le Paludisme (CNRFP) à Ouagadougou. « Nous créons avec Capsulæ une nouvelle génération de produits anti-moustique adaptés aux besoins locaux. L’énergie, le soutien et l’expertise de leur équipe nous donne les moyens de nos ambitions. Nous sommes fiers de cette collaboration » conclut Gérard Niyondiko.

 
Faso Soap 9

Info :

Site web du projet Faso Soap

Actualités